Aventure·Coup de coeur·Impressions littéraires

« Le lièvre de Vatanen » : Don Quichotte à la sauce finlandaise

C’est Benjamin qui m’a fortement conseillé ce roman d’Arto Paasilinna, auteur dont j’avais vaguement entendu parler mais sans m’y attarder plus que ça. Et entre deux policiers/thrillers du Prix des Lecteurs 2020 Livre de Poche, j’avais envie de changer d’univers et de sortir des meurtres, enquêtes, indices et autres rebondissements sur fond de poudre et de sang. Me voici donc avec Le lièvre de Vatanen entre les mains.

Résumé :

Vatanen est journaliste à Helsinki. Alors qu’il revient de la campagne, un dimanche soir de juin, avec un ami, ce dernier heurte un lièvre sur la route. Vatanen descend de voiture et s’enfonce dans les fourrés. Il récupère le lièvre blessé, lui fabrique une grossière attelle et s’enfonce délibérement dans la nature.

Loufoque, farfelu et attendrissant

En lisant les premiers chapitres, l’accident de Vatanen en plein campagne, et son obsession de sauver le lièvre heurté par la voiture sans se soucier de son ami et collègue qui lui somme en criant à tue tête de regagner la voiture et qui finit par s’en aller, impatient, je ne me doutais à aucun moment dans quelles aventures me mèneraient ce roman.

C’est un condensé d’histoires, de rebondissements, de rencontres, de voyages, un enchainement improbable de situations à travers plusieurs villes finlandaise : Heinola, Mikkeli, Kuopio, Nures, Sonkajarvi, Kuhmo, Posio, Rovaniemi et Sodankyla sans oublier la frontière soviétique qu’il franchit pour tuer un ours, ombre noire du tableau, qui réapparait à plusieurs reprises et qui finit par avoir raison de sa patience. Vatanen est le stéréotype du personnage zen, bon vivant, c’est un peu Carl Allen de Yes Man, l’homme de bonne composition qui trace sa route et qui à chaque péripétie hausse les épaules et murmure « Pourquoi pas ? ». C’est un baroudeur, qui « bouine » et se laisse porter par ce que la vie lui offre.

Le soleil brillait à travers les rondins disjoints, l’herbe de l’année passée était tiède. Vatanen resta près d’une heure allongé dans le foin, songeur, avant de se secouer et de sortir, le lièvre dans les bras. Derrière l’ancien pré en fleurs murmurait un petit ruisseau. Vatanen posa le lièvre sur la rive, se déshabilla et se baigna dans l’eau fraîche. De petits poissons remontaient le courant en banc serré; ils s’effrayaient du moindre mouvement, mais oubliaient aussitôt leur peur.

Une vache qui s’embourbe et qu’il faut sortir de là, un commissaire à la retraite qui pêche et partage avec vivacité une théorie sur le président Urho Kekkonen, une incendie où il faut prêter main forte pour finalement se retrouver au fond d’un rivière enivré avec un inconnu fabricant de gnôle, s’endormir dans une grange, à son réveil y découvrir un mort et pensant qu’il est endormi profaner le corps … Des incidents à répétition qu’elles fatiguent le lecteur par procuration. Comment un seul et même homme comme Vatanen peut cumuler autant de mésaventures, de rebondissements sans avoir envie de dire stop ?! Ce roman m’a vraiment fait penser à Don Quichotte et Sancho Pansa, Vatanen étant le premier et le lièvre le second. C’est vraiment cette rencontre avec l’animal, à qui il ne manque que la parole, qui va lui faire faire un pas de côté et le faire changer de route. Une rencontre salvatrice !

Le lièvre de Vatanen est un roman incroyable, chaque chapitre est une histoire à elle seule et mises bout à bout, toutes ces histoires créent  un conte contemporain au plus près de la nature et de l’essentiel. Marcher sans rien devant soi, sans attente, sans objectif … C’est dans ces circonstances et dans ce lâcher prise que s’écrivent les plus belles choses.

4 commentaires sur “« Le lièvre de Vatanen » : Don Quichotte à la sauce finlandaise

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s