Quand Marc rencontre Wes et Agatha dans un ascenseur

Il y a bien longtemps que je n’avais pas mis le nez dans un roman de Marc Levy. Considérée par beaucoup comme de la littérature de gare, celle qu’il livre au moins une fois l’année – son secret ?- a au moins le mérite de nous tenir de bout en bout. Et son dernier opus, Une fille comme elle, ne fait pas exception.

En amour, les mendiants et les rois sont égaux.

Au N°12, sur la 5e avenue, en plein cœur de New-York, un petit immeuble de huit étages est l’un des rares de la ville a encore possédé un liftier, Deepak. Il a fui l’Inde il y a déjà des années avec son épouse Lali, issue d’une caste différente de la sienne. Il tient à ce travail comme à la prunelle de ses yeux. Consciencieux, dévoué, honnête et discret, il est un travailleur exemplaire et forme avec M.Rivera, son comparse de nuit, une équipe irremplaçable jusqu’à la chute de ce dernier. Les habitants de l’immeuble y voient l’occasion de mécaniser le système et ainsi d’économiser deux salaires. Fort heureusement, Sanji, le neveu de Lali, un homme d’affaire fortuné et émérite à Mumbaï, leur rend visite pour développer son concept de réseau social. Deepak va profiter de sa présence, le faire passer pour un liftier et ainsi éviter la retraite anticipée. La belle aubaine pour Sanji qui va ainsi pouvoir fréquenter quotidiennement, dans cette cage de métal, Chloé, une jeune actrice différente des autres …

Je crois qu’il faut être un peu fou pour ne pas le devenir complètement.

L’écriture de Marc Levy plante immédiatement le décor et le costume propre à la charge du liftier : pantalon noir, veste rouge brodée de fil doré et surmontée d’un col Mao, sans oublier le chapeau rond décoré d’un ruban de satin. On ne peut qu’imaginer le hall d’entrée de cette bâtisse de briquettes rouges avec une porte battante et ses poignets de cuivre parfaitement lustrées. On ne peut qu’imaginer le desk de Deepak en bois arrondi et récemment ciré que l’odeur fumé se répand encore dans les étages. Un tapis épais ne laissant aucune place à la poussière recouvre un sol de marbre crème poli. Et au fond, en plein milieu, l’ascenseur en bois vitré encerclé d’une cage de fer. Il faut d’ailleurs une certaine dextérité pour ouvrir la grille. A l’intérieur, la face visible du mécanisme est d’un cuivre étincelant, les gants blancs portés par les liftiers empêchent les traces de doigts de se déposer sur le levier. Et au sol, le tapis moelleux rouge semble neuf.

Le décor est planté … La trame social peut prendre place. Et j’y vois déjà Wes Anderson et son Grand Budapest Hôtel prendre les commandes de l’histoire. Sans oublier son bras droit, Agatha Christie et ses Dix petits nègres.

On y retrouve les ingrédients de ces deux génies de la réalisation et de l’écriture associés au talent de Marc Levy pour nouer une histoire fluide et habilement menée  : trois liftiers, un ascenseur, un immeuble, des personnages charismatiques avec leurs propres intérêts et … un vol de bijoux qui intervient comme un rebondissement bienvenu qu’un policier va tenter de résoudre en interrogeant chaque habitant comme un éventuel suspect.

Avec Une fille comme elle, Marc Levy oscille entre roman policier édulcoré, histoire romantique, fresque sociale et comédie rythmée. Un rien relance l' »intrigue » et nous plonge un peu plus dans l’intimité de Sanji et Chloé qui s’écaille au fil de l’eau.

Une lecture facile, distrayante et bien ficelée. Un huis clos qui se laisse surprendre par quelques échappées dans le tumulte new-yorkais.

Bonus ! Coup de cœur pour la couverture illustrée par Tom Haugomat (Le Monde, XXI …). Si vous ne le connaissez pas, je vous invite fortement à découvrir son travail sur le site de la galerie Robillard, sur son compte instagram (@tomhaugomat) ou sur le store de Kiblind. A l’occasion d’une exposition cet été à Bercy Village sur le thème « De l’eau », Tom et d’autres illustrateurs proposent des tirages numérotés et signés sur le site. Je n’ai pu m’en empêcher … J’ai craqué sur celui-ci.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :